Vous préparez votre voyage. Vous vous posez toutes sortes de questions sur l’Australie. Voici un récapitulatif des questions les plus courantes, et de leurs réponses.

Cette page sera mise à jour au fur et à mesure

Comment vas-tu ?

Je vais bien, merci.

Que faut-il absolument visiter ?

Cette question est bien trop vague et tout dépendra du genre d’aventure que vous recherchez. Si malgré la lecture de mon blog vous ne vous êtes pas fait une opinion, je vous répondrais que la Tasmanie et la côte ouest sont mes incontournables.

Le Working Holiday Visa, ça marche comment ?

Le WHV est un visa qui permet aux jeunes entre 18 et 30 ans de pouvoir séjourner en Australie pendant un an. A cela s’ajoute le droit de travailler, mais celui-ci est limité à 6 mois par employeur. Selon votre pays d’origine il se peut que l’obtention du visa prenne plus ou moins de temps, ou que vous ayez à fournir des documents tels que radiographies des poumons.

La demande de visa se fait en ligne sur le site de l’immigration, et après une série de questions franchement pas méchantes, vous serez inviter à payer des frais de dossier. En novembre 2010, il s’agissait de 230$. Cette somme est perdue, que votre visa soit accepté ou pas.

Le temps d’acception (ou refus) varie d’une demande à l’autre, mais la mienne a été approuvée en 15 minutes. Tout dépend de votre origine, et de vos réponses aux questions. Il est possible de renouveler votre visa une, et une seule, fois, j’explique plus bas comment.

A consulter : le Working Holiday Visa et la demande en ligne.

Tu conseilles quoi pour les transferts d’argent, la banque, etc… ?

Il existe, d’après mes sources, un partenariat entre BNP Paribas et Westpac. Ce qui veut dire qu’il n’y a pas de frais de transfert. Je n’ai pas vérifié cette information car à mon sens il est plus simple de transférer son argent sur un compte bancaire australien. Une fois l’argent sur place, vous ne vous embêterai plus avec le taux de change, et de toute façon, un compta bancaire australien est obligatoire pour travailler. A lire : Ouverture d’un compte avant de partir et L’utiliser sur place.

Que faut-il prendre dans son sac ?

Vous pouvez consulter ici ce que j’ai emporté avec moi. Cependant, je regrette de ne pas avoir emporté un jeans de plus et un pull bien chaud. Il peut faire bien plus froid qu’on ne le penserait. Pour le sac de couchage, le mien est bien trop fin (15°C) et ne sert à rien (même à l’intérieur). Prévoyez un sac de couchage de 5°C à 10°C pour l’intérieur et 0°C pour l’extérieur.

Ne stressez pas d’oublier quelque chose, on peut tout acheter sur place. Le seul inconvénient est que cela risque de coûter plus cher vu le coût de la vie sur place.

La paperasse à ne pas oublier

A avoir sur soi avant de prendre l’avion :

  • Votre passeport
  • Votre permis de conduire (et permis de conduire international)
  • Vos billets d’avion (et détails du billet de retour)
  • Votre extrait de compte prouvant vos 5000$
  • L’adresse de l’endroit où vous aller dormir le premier soir (pour la douane)
  • Les détails de votre assurance
  • Les détails de votre visa
  • Les détails de votre compte bancaire australien
  • Les photocopies (ou scan) de vos documents importants

Combien faut-il d’argent pour partir ?

Je tablerais sur 4500€ à 5000€. Le billet d’avion coûte en moyenne 1200€. A cela vous devez rajouter la somme minimum exigée par le Working Holiday Visa, soit 5000$ ou 3500€. Cette somme peut être vérifiée à la douane c’est pourquoi il vous faudra un extrait de compte pour le prouver. Je n’ai rencontré personne dont le compte en banque a été vérifié, et beaucoup de gens étant parti avec moins d’argent que le minimum requis. Ce que, entre nous, je déconseille si vous ne voulez pas devoir courir après du travail.

Faut-il faire des vaccins pour l’Australie ?

Non. Etant belge, aucun vaccin n’était requis.

Au point de vue d’assurance, tu as fait quoi toi ?

Partir sans être couvert, c’est être un peu trop aventurier. C’est surtout au niveau des frais médicaux que c’est le plus dangereux. Sans assurance ou mutuelle, un passage à l’hôpital ou chez le médecin peut très vite couter une fortune ! Il existe de nombreuses compagnies d’assurance pouvant vous couvrir pour une durée d’un an à l’étranger.

Pour les Belges et quelques autres pays (pas la France) vous avez la possibilité de faire valoir votre mutuelle en Australie, et ce, sans frais. Munissez-vous de votre carte européenne d’assurance maladie et le tour est joué.

A lire : Les détails sur le site de Medicare Australie et l’histoire de ma Medicard.

Faut-il s’encombrer d’un ordinateur portable ?

Oui et non. J’ai fait le choix de prendre un Netbook. Le mien pèse 1kg et ne m’encombre pas vraiment. C’est un petit luxe pour ne pas dépendre du PC des autres pour, entre autres, sauvegarder des documents, accéder à Internet, manipuler ses photos ou utiliser sa clé USB. Regarder un film depuis le fond de son lit n’est pas désagréable non plus. Pour ma part, je n’emporterais pas un portable de 17 pouces qui pèse 5kg. Si votre budget vous le permet, achetez-vous un Netbook.

Peut-on accéder à Internet facilement ?

Internet est disponible partout, mais tout a un prix. Je n’ai pas trouvé un seul point d’accès à Internet gratuit en dehors de la grande majorité des bibliothèques, des McDonalds ou des Apple Store. Certains backpacks offrent l’accès à Internet ainsi que certains cafés en échange d’une consommation. Au niveau des tarifs, les prix varient de 3$ à 8$ de l’heure. Avoir son ordinateur portable rend les choses plus faciles.

Faut-il un adaptateur pour recharger mon matos ?

Oui, le format australien est unique en son genre. J’ai acheté mon adaptateur sur place à 12$. Quant à lui, le voltage ne change pas, c’est du 220 volts.

Quelles sont les règles pour travailler ?

C’est très simple. Pour pouvoir travailler vous devez avoir votre Working Holiday Visa, un Tax File Number et un compte bancaire australien.

Le Working Holiday Visa ne vous permet pas de travailler plus de 6 mois pour le même employeur. Cependant, si vous renouvelez votre visa pour une deuxième année, vous pourrez retravailler pendant 6 mois pour ce même employeur.

Est-ce facile de trouver du travail ?

Oui et non. Comme partout, il faudra y mettre du votre pour obtenir un boulot, mais pour ne pas en trouver, il faut le vouloir. Trouver un travail stable et qui paie bien pourra être plus difficile.

Mettez toutes les chances de votre côté, distribuez vos CVs dans tous les endroits possibles et imaginables. Ecartez-vous des endroits surpeuplés de backpackers pour éviter la concurrence. Suivez le Harvest Trail pour savoir où et à quelle période de l’année la main d’oeuvre saisonnière est demandée.

Certaines auberges, appelées “Working Hostels”, vous assistent dans la recherche d’emploi allant parfois jusqu’à vous assurer le transport jusqu’aux fermes. Méfiez-vous cependant des auberges malhonnêtes qui vivent de votre présence, une recherche de critiques sur l’auberge sur Google peut parfois aider.

Avoir son propre moyen de transport et un atout considérable. Chercher du travail dans la branche que vous exercez dans votre pays vaut la peine et paie généralement beaucoup mieux.

A lire : mon boulot dans la carotte et travailler en Tasmanie.

Ai-je le droit de conduire en Australie ?

Et mon permis de conduire belge/français en Australie ?

D’expérience il n’est pas obligatoire de faire la demande d’un permis de conduire international, mais c’est fortement conseillé. Le policier doit être en mesure de comprendre ce qui est inscrit sur votre permis de conduire, si il est en français, il pourrait ne pas comprendre.

Lorsque j’ai été contrôlé, l’agent cherchait à connaitre la date d’expiration de mon permis. En Belgique les permis sont permanents et “Permanent” se lit dans les deux langues, donc pas de soucis. Il n’a jeté qu’un maigre coup d’oeil à mon permis international. Le comble, c’est que sur mon permis international, il n’est pas indiqué que mon permis est permanent. Un conseil, prenez les deux, les amendes ça rigole pas ici !

Comment obtenir son second Working Holiday Visa ?

Pour être éligible pour une deuxième année de Working Holiday, vous devrez travailler dans un certain domaine (specified work) et une certaine région (regional Australia) durant votre première année. Soit pendant trois mois consécutifs pour le même employeur, soit pendant 88 jours répartis entre différents employeurs. Vous devrez faire compléter ce document à chacun de vos employeurs et conserver précieusement vos fiches de paie.

Certains hôtes Wwoofing ou HelpX peuvent être considérés comme employeurs, même si vous êtes bénévoles. Elles doivent cependant avoir un ABN (équivalent de notre numéro de TVA) et être situées en “regional Australia”.

Votre requête sera vérifiée par l’immigration comme pour le premier visa. Sachez tout de même que vous pouvez prolonger votre premier visa, ou rentrer chez vous et ne demander votre second visa que des années plus tard (tant que vous remplissez toujours les conditions).

Les infos en anglais sur le site de l’immigration.

Ca fait presqu’un an que tu es là, tu dois être bilingue !

Non. Moi aussi j’imaginais que j’allais devenir meilleur qu’un natif, mais autant se l’avouer tout de suite, ce n’est pas le cas. Certes nous faisons tous de progrès considérables, mais ne vous attendez à être bilingue après un an.

Que vous voyagez seul ou accompagné, vous n’échapperez pas à la facilité de parler dans votre langue. Les nationalités se regroupent et tombent l’anglais à la moindre occasion. De plus, l’anglais que vous entendrez dans les backpacks sera généralement d’un niveau proche du votre et ne vous apprendra pas grand chose. S’isoler dans un milieu complètement australien pendant de longues semaines sera un bon remède à tout cela.

La solitude, les rencontres, tu vis ça comment ?

Voyager tout seul favorise les rencontres, mais pour peu que vous soyez un minimum social, vous ferai la connaissance de beaucoup de gens d’univers différents. J’ai cependant été déçu de la richesse de ces rencontres, souvent bien pauvres. Au bout de huit mois, j’ai assez d’une main pour compter les gens qui enrichissent mon aventure. Quant à la solitude, elle est présente par phase, le plus dur étant lorsqu’elle survient alors qu’il y a des dizaines d’autres voyageurs autour de vous.

J’ai pas trouvé réponse à ma question !

Mince alors ! Laisse un commentaire sur cette page ou écris-moi.