Comme vous ne l’ignorez pas, ici c’est l’été. Quoi qu’en Tasmanie on pourrait se plaindre du temps. Les températures sont assez fraiches et la moyenne tournera autour de 16° et 18° à l’extérieur. Autant dire que quand les rayons du soleil sont stoppés par les nuages il fait frais. Je rajouterais d’ailleurs que le pull encombrant mon sac à dos n’est pas inutile.

L’ambiance de Noël ne se fait pas sentir malgré les quelques sapins à gauche et à droite. J’imagine que ne pas faire la courses aux cadeaux, ne pas entendre tout le monde en parler et avoir un soleil radieux m’empêche de vraiment ressentir cette période de l’année. Cela dit, j’ai beau n’en avoir rien à faire de Noël, j’aurais été vraiment désappointé de le passer seul dans la chambre d’une auberge. La chance est avec moi car beaucoup de personnes passeront les fêtes au backpack. Ane, la “chef”, organisera une petite fête pendant laquelle chacun offrira un petit cadeau à une personne tirée au sort. Snacks et boissons offerts par la direction nous feront passer le réveillon dans une atmosphère agréable.

Le lendemain, jour de Noël proprement dit, chacun préparera un petit plat et nous mettrons tout en commun pour une grosse bouffe. Il y a tellement d’asiatiques dans l’auberge qu’on ne pouvait pas manquer les makis, ce qui ne manquera pas d’enchanter mes papilles ! Dans la bonne ambiance, les groupes restent formés, et on constatera généralement que les origines se retrouvent et discutent dans leur langue. Contre 85% d’asiatiques venant de Chine, Hong Kong, Taïwan, du Japon ou encore de Corée, nous ne sommes que quelques francophones (de France, Belgique et Québec), allemands ou finlandais.

Lorsque j’étais arrivé nous étions 4 francophones, maintenant il y en a 7. Je dois avouer que je passe la majorité de mon temps à parler français… Shame on me !

Pour le nouvel an, la fête s’est bien déroulée. Cependant, Ane, habitant au sous-sol et craignant les plaintes de voisins viendra plus d’une fois nous demander de baisser le son. Il n’est pourtant pas tard, mais le quartier dans lequel nous nous trouvons est loin d’être hyper actif. Ane est une petite dame de près de 60 ans, habillée pour l’occasion dans une robe de chambre rose accompagnée de ses cheveux chatains ébouriffés par son oreiller.

Et enfin, en ce jour du premier de l’an qui ne ressemble pas du tout au premier janvier que je connais, j’ai été me baigner à la plage. Le soleil tape sévère, mais l’eau ne doit pas atteindre plus de 8°… pretty cold !

Where’s your head at

« »