Cette phrase était imprimée à l’arrière d’une caravane que nous avons suivi sur le retour vers la ville. La tête complètement ailleurs, j’ai raté la “sortie” et ne m’en suis rendu compte que 40km plus loin, à Roebourne. Un détour de 80 bornes, comme si j’avais de quoi m’offrir ce genre de connerie.

La journée sera remplie d’émotions, de réflexions, de décisions. Nos choix sont faits. Je décide de rappatrier un peu de mon argent belge pour me permettre de rebondir. Je vais redescendre à Perth car le nord me tente de moins en moins. Je passerai par Karijini National Park sur le chemin. Et une fois en bas, j’aviserai de ce que je ferai de ma voiture. L’autre raison motivant mes choix a un prénom et prendra, comme prévu initialement, son bus vers Perth ce soir.

Rouler de nuit vers Port Hedland est une nouvelle expérience. La route semble être longée de part et d’autre par une forêt épaisse ou de hauts murs sombres, il n’en est pourtant rien, seules de vastes étendues désertiques défilent invisiblement à mes côtés.

A 80km/h, vitesse que j’estime kangourou-proof, je me fais dépasser par quelques camions et autres fous du volant. Je rejoindrai l’aire prévue juste à temps pour m’endormir, n’ayant pas pensé qu’à cette vitesse la fatigue arriverait plus vite que ma destination.

Photo : Le reflet de la lune dans les feuilles d’eucalyptus non loin de Norseman

Day One

Repère temporel : 26 mai

« »