Après avoir passé deux semaines chez Jim avec l’excuse d’être CouchSurfer, se posait la question de savoir où j’allais aller ensuite. De retour du supermarché où nous allons désormais ensemble, je lui confie que ça ne me deplairait pas de rester chez lui, mais cette fois en payant quelque chose. Jim n’apprécie pas trop de devoir prendre des décisions, il me demande un temps de réflexion.

Quelques jours plus tard, je lui demande où il en est dans sa réflexion car je dois pouvoir me préparer à bouger si nécessaire. Il m’autorise à rester dans son appartement tant que je n’ai pas trouvé de boulot, mais m’invite à participer aux charges à hauteur de 35$ par semaine. Ce type est trop gentil et ça m’agace, n’ayant pas du tout envie d’abuser de sa gentillesse, je lui propose de le payer 10$ par jour. Pas plus car je n’ai pas de chambre à proprement parler, mais cette somme me semble plus que raisonnable. Il me répond: “Bon, tu sais quoi, 50$ par semaine et on en parle plus”. Il est incroyable !

Incroyable, je m’en étais déjà aperçu lorsqu’il m’avait organisé ma fête d’anniversaire. Après m’avoir invité au resto en compagnie de ses nombreuses copines, c’est dans une soirée karaoké “asiat style” que je me suis retrouvé. Pour cette soirée, il s’était fixé un objectif. Me saouler. Il voulait que je boive à tel point que je ne me rappelle de rien… Il a réussi. Avec l’aide de ses nombreux amis qui m’ont tous tendu un “shot” pour trinquer avec eux, j’ai perdu conscience de ce qui se passait assez vite. Pas bien fier le lendemain, Jim était (et est encore) ravi.

Après avoir trouvé un travail et que Sumit, notre colocataire indien, ait libéré sa chambre, je suis devenu un flatmate officiel. J’ai ma propre chambre minuscule, et paie mon loyer comme tout le monde. Cela ne change rien au fait que nous faisons toujours nos courses ensemble et que notre autre colocataire se cache toujours autant dans sa chambre.

Jomar est un personnage bien curieux. Voire inquiétant. Quoi qu’entre le moment où il jète un coup d’oeil rapide dans le living pour voir qui s’y trouve, ou le moment où il détourne le regard et fait semblant de s’intéresser à quelque chose, je ne sais pas lequel m’inquiète le plus. Le reste du temps, il est sur Skype avec sa famille aux Philippines ou en train de jouer à un jeu qui fait trembler les murs. Dans ses soirées mornes, Jim lui emprunte un film ou l’autre. Et maintenant, j’ai compris, il achète les films dont le scénario est le moins plausible au monde.

Jim est terrific ! Je crois que je n’aurais pas pu mieux tomber. Certes, je vis en Asie plus qu’en Australie et ne rencontre que d’autres asiats. Les nouilles n’ont plus de secret pour moi et bientôt j’attraperai les mouches avec mes baguettes. Mais à côté de cela, il me prête sa voiture, est intéressé, maléable et ouvert d’esprit. Si je n’insistais pas, je ne payerais pratiquement rien. Lorsque nous avons parlé du prix de la chambre, il m’a demandé plusieurs fois si ce n’était pas trop pour mois car il faut que je mette de l’argent de côté pour continuer à voyager. Et entre nous, lui qui connait mon salaire, devrait se rendre compte que c’est loin d’être trop pour moi.

Au boulot, tout se passe très bien. Simon vient tous les jours me chercher une demi-heure en retard. J’ai droit à un jour de congé payé par mois, ce qui n’a rien avoir avec les jours de vacances auxquels j’aurai droit aussi. J’aime ce que je fais, et dans peu de temps un nouveau projet va débuter ce qui sera encore plus intéressant.

La seule chose qui m’effraie un peu maintenant, c’est de voir les gens partir. Bientôt, François, Sasha et Eriko, que je vois les weekends, reprendront la route. Antoine s’est déjà envolé, et d’ici quelques mois plus personne ne sera là. Je doute me lier d’amitié plus profonde avec mes collègues, mais nous verrons…

A côté de cela, mon niveau de vie me permet de faire des folies. C’est pourquoi le 17 septembre, je serai à Sydney pour deux jours. Cela fait des années que je veux aller à un festival, de musique détestée de tous mes amis, et que je n’en ai pas eu l’occasion. Cette année changera le sort, Defqon.1 prépare-toi !

Le rythme de parution de mes articles va encore se ralentir, mais gardez espoir, je compte pimenter mon métro/boulot/dodo.

NDLR : Vous préparez votre voyage en Australie ? Vous vous posez toutes les questions du monde ? Toutes les réponses à vos interrogations sur ce continent sont ici.

« »