Hier soir je n’ai pas assisté à la fin des noces du Prince William diffusées sur le petit téléviseur du camping. Cependant, je trouvais très amusant le regard des femmes assises en cercle autour du moniteur enneigé. On pouvait lire dans leurs yeux “Pourquoi elle ? Elle n’est pourtant pas bourgeoise. En fin de compte, je pourrais être à sa place ! La chanceuse ! Attendons de voir ce que vaut sa robe de princesse. Et le bisou, il arrive quand ?!”.

Moi, je me glisserai dans mon sac de couchage après avoir, avec l’aide de Sarah, englouti une quantité impressionnante de malbouffe. Compensant, sans doute, d’une manière simple, les tensions liées à l’autopsie de ma voiture.

Il est midi, nous allons récupérer la voiture. Content de reprendre la route, mais l’oreille et le nez en alerte envers un bruit ou une odeur suspecte, nous revenons quelques dizaines de kilomètres sur nos pas. Nambung National Park vaut le détour mais servira aussi de test drive et rassurera nos esprits. Nos sauveurs de l’autre nuit nous ont affirmé qu’après Géraldton, à 200 bornes d’ici, il n’y a plus de garagistes. La légère odeur d’huile que nous sentons doit être normale après la quantité qui s’était déversée dans le moteur. Greg m’a aussi dit de vérifier le niveau car le moteur en brûle un peu, mais ça ne devrait pas être grave.

Cherchant un ATM (Bancontact) afin de retirer de l’argent pour payer le parc national, je m’arrête à la même station service que celle où j’avais acheté l’huile divine deux jours plus tôt. C’est en m’arrêtant que je constate que le d’huile clignote comme un feu d’artifice made-in-asia. Je vérifie le niveau, plus d’huile ! Je saute sur mon téléphone et appelle le garage espérant que Greg soit encore là.

Une heure plus tard. Il n’a pas l’air heureux de voir que la pièce a sauté. D’autant plus qu’il n’a pas d’explications à donner. Ce qui est par contre certain c’est que je vais devoir attendre mardi au plus tôt pour la réparation et devoir payer un remorquage. Sarah estime qu’il est mieux pour elle de rentrer à Perth et embarque avec une famille qui vient de faire le plein. Greg et son mécano Stew remorquent la bête jusqu’au camping à côté et contactent un dépanneur à bon prix pour lundi. Une voiture automatique ne peut pas être remorquée, ou seulement sur une petite distance. Cela devrait me couter 50$ pour 25 bornes, et encore, le prix plein est de 110$.

Me voilà bloqué, au milieu de rien, à 20km d’un parc national que je commence à croire maudit, à attendre de dépenser encore quelques centaines de dollars peut-être pour rien… Je dois dire que là où j’en suis, réparer et revendre ma voiture fait partie des options possibles.

Repère temporel : 30 avril

« »