Encore un dimanche qui arrive, mais cette fois nous prenons des bonnes résolutions. Afin de vaincre la flemme et l’ennui, Tim et moi décidons de prendre ma voiture (qui n’a toujours pas de nom) et de s’évader vers n’importe où. Simon et Wiebke occuperont deux des trois autres sièges restants.

Voir du pays et tester ma voiture est l’objectif de cette journée ensoleillée. Nous partons vers midi après avoir attendu Sabrina pendant plus d’une heure, mais partirons finalement sans elle. Petit arrêt rapide chez Coles pour s’approvisionner en quelques cookies, fruits et rafraichissements, nous prenons la destination de Launceston duquel nous descendrons la Tamar Valley.

Se laissant guider par les Touring Route nous indiquant quelques points intéressants à voir ou pas, nous nous arrêtons ici et là. Premier Highlight de la journée, Paramatta Creek. Je sors de la Highway et me parque à coté des espaces barbecues. Nous sortons de la voiture pour nous rendre compte après quelques minutes que cette “creek” n’est qu’une sorte d’aire d’autoroute avec des toilettes et un vieil abris sous lequel se trouve une table et des bancs… On the road again !

Nous traversons des petites villages constitués en apparence de maisons témoin que seule une rue traverse. Ici et là un batiment nous fera sourire comme la théière géante ou le fast food rose. A l’horizon se dessine Cradle Mountain lorsque nous arrivons devant Trowunna Wildlife et à ce stade, à part reconnaitre l’effigie géante du diable de Tasmanie, nous ne savons pas encore de quoi il s’agit. Ce n’est pas un parc naturel, mais plutôt un centre d’étude des diables de Tasmanie.

La réceptionniste nous indiquera que la visite a déjà commencé depuis 10 minutes, mais que nous pouvons assister aux 15 minutes restantes moyennant le prix de 16$. Wiebke et moi ne tentons pas le coup de dépenser autant d’argent pour quelques minutes en compagnie de diables apprivoisés. C’est après les avoir attendu pendant une bonne heure trente, se régalant de mures à deux pas de là que nous retrouverons Tim et Simon aux anges.

La réceptionniste, sacrée andouille, a omis de nous expliquer que des walabis, kangourous ou autres wombats vagabondaient ça et là à côté des diables de Tasmanie en cage ou non. Ils ont pris ces bestioles dans leurs bras, sont revenus avec un tas de photo et me font grandement regretter de ne pas avoir payé cette petite somme.

De retour dans la voiture, l’ambiance est aussi vallonnée que le paysage. Il va falloir que j’équipe ma voiture pour passer du son, car le vieux poste radio ne capte pas grand chose dès que l’on sort de la civilisation. Launceston ne nous impressionnera pas plus que cela. Ville très simple et très morte, merci dimanche, on fera un petit tour rapide de la Marina laissant apparaitre des quantités infinies de boue verte peu ragoutante dues à la marée basse.

C’est en remontant la Tamar Valley jusqu’à Green Beaches, l’endroit où la Tamar River rejoint l’océan. Outre le magnifique lookout surplombant la Tamar River et les paysages sacrément jolis, je m’amuserai comme un petit fou à jouer avec mon ombre lorsque nous marcherons dans le sable de Green Beaches le soleil couchant dans notre dos.

Sur le chemin du retour, nous parcourons des petites routes sinueuses jusqu’à Devonport où nous avons dans l’idée d’aller observer les pingouins sur la plage de Devonport Est. Nous gardons les yeux grands ouverts car à mesure que la nuit tombe les animaux se réveillent. C’est dans un virage sinueux que je sauterai sur mes freins pour observer un Walabi se receuillant les pates avant jointes derrière un garde fou. Sa méditation étant interrompue, il disparaitra en quelques bons dans les feuillages.

Finalement, pas de pingouins car impossible de trouver la plage, mais sur la route nous avons pu observer un magnifique coucher de soleil au travers des arbres en haut d’une colline. Tout ça nous redonnera des forces pour la semaine de boulot qui commence demain.

Let’s say hello to uncle Bob again

« »