Je m’échappe par la petite porte. Ni vu ni connu, voici ma première effraction ! Dans la pénombre de l’aube, le soleil peine à dépasser les collines.

Aussitôt en route pour Port Gregory et son lac rose. Rose, mais néanmoins décevant. La photo de mon guide est beaucocup plus attrayante ! Je poursuis vers Kalbarri où les falaisent m’enchantent. De nombreux arrêtes touristiques sont proposés, à tel point qu’ils ne savent plus comment les appeler, et moi pas où m’arrêter. “Red cove”, “Natural Bridge”, “Island Rock”, “Mushroom Rock”…

A Mushroom Rock, je croise deux têtes connues ! Emilien et Jan, rencontrés à Cervantes. Ils ont pris leur temps depuis l’autre jour car je les ai déjà rattrapés. Nous n’échangons que quelques mots mais nous nous retrouverons certainement plus tard dans le parc.

Au bout d’une gravel road de deux kilomètres donnant accès à un lookout, je sors de ma voiture avec mon nez en alerte. Une odeur étrange… de l’huile brûle ! Après un “Oh non” de rage je me penche et constate que mon nez ne me fait pas défaut : il y a de la fumée sous le moteur !

Je ne sais plus quoi penser.. j’ai déjà eu le coup du “Vas-y” et 200 bornes plus loin la panne. Je fais vite demi-tour, me dirige vers le garagiste le plus proche (par chance il y en a un) et lui demande un diagnostic.

“Avec des voitures asiatiques, on ne peut avoir que des problèmes”. A un “bonjour” près, ce sont les premiers mots du garagiste. “Il faut acheter australien !”. Un coup d’oeil rapide, il ne voit pas de fuite, mais me déconseille de continuer. Il n’a pas confiance en ma voiture. “Elle respire mal. Retourne à Perth, passe un coup de polish, vends-la et achète-toi une Ford” termine notre conversation.

Qu’il ait raison ou tort, je n’ai plus envie de me ronger les sangs pour cette voiture. Je rentre à Perth pour vendre ma Magna. 4h ou 400km plus tard, j’étais à nouveau dans le camping de Jurien Bay.

« »