Petite ville de 1500 habitants, principalement alimentée par le tourisme à cette époque de l’année, je me suis dit que cet endroit n’était sans doute pas le pire pour chercher du travail. La plupart des personnes ne font qu’y passer, peu d’offre de travail, mais peu de demandes. J’ai mes chances !

J’ai distribué mes CVs à plusieurs endroits de la ville dont certains cherchent des personnes actuellement. Le “billboard” du “centre” fait office de journal local, petites annonces, publicités locales, agence d’intérim. Il n’y a que quelques offres de boulot pour lesquelles je postulerai ou pas.

Je ferai la rencontre de Tim (un autre, allemand celui-ci) et de Sonja (suisse allemande). Ensemble nous déciderons d’emprunter ma voiture pour aller visiter le parc national ce weekend. Cape Range National Park est l’endroit où aller pour plonger au milieu des coraux. A la malheureuse surprise de la plupart des voyageurs “a pied”, le parc se trouve à plusieurs dizaines de kilomètres de Exmouth. La voiture est donc obligatoire si on veut éviter de payer un trip organisé à prix d’or.

Devant le bureau des rangers à 7h30 nous faisons la file en espérant obtenir un emplacement de camping pour la nuit. Nous avons loué du matériel de plongée pour deux jours et souhaitons prendre notre temps pour explorer les trois spots phares de la côte : Oysters Stack, Turquoise Bay et Lakeside. La petite marche à l’extrémité sud du parc ne nous laissera pas bouche-bée.

A Oysters Stack, les vagues sont fortes et la plage est inexistante. Il faut se glisser dans l’eau sans se faire projeter contre les rocs par les vagues. S’y trouver à marée haute est obligatoire tant l’eau est peu profonde. Cette petite profondeur nous offre la chance d’être en contact très particulier avec plein de poissons aux apparences aussi variées et colorées les uns des autres. Les coraux sont verts, aux pointes bleues, parfois mauves. Colorés sans être une aquarelle ils sont bien plus jolis que ceux de Coral Bay. Des gros coquillages se ferment à notre passage et les étoiles de mer d’un bleu plastique nous ont d’abord fait penser à un jouet abandonné. Des bancs de poissons gros comme mon avant-bras forment un cercle autour de moi.

A Turquoise Bay, on peu apprécier une plage clémente. Des vagues moins importantes mais un courant dangereux par endroit. Des panneaux explicatifs nous indiquerons où ne pas aller si on ne veut pas être “flushé” dans l’océan. Ici la profondeur est plus importante c’est pourquoi nous avons vu deux raies et une tortue. Nous chercherons les requins un peu plus loin dans les récifs, sans nous douter de la peur que cela nous procurerait si nous en avions vu un. Le lendemain au même endroit, une tortue me fera une démonstration d’apnée en remontant s’alimenter en oxygène à la surface.

Lakeside, notre dernier arrêt. Ici il n’y a aucun courant, mais moins de récifs. Nous chercherons d’autres spécimens dans les profondeurs sans coraux sans rien trouver de concluant. Ce n’est que lorsque Tim et Sonja seront hors de l’eau qu’une stingray fuira ma présence. Celle-ci est noire et a définitivement un dard au bout de la queue. Les autres n’en avaient pas et étaient plutôt grise avec des petites taches bleues sur le dos. Je recroiserai cette grande noire un poil plus loin, un peu effrayé par cet animal, je la suivrai en direction du bord et sortirai de l’eau.

Au fil des plongées, des coraux et des bancs de poissons, la meilleure façon d’exprimer ce que j’ai vécu est d’imaginer de plonger dans un aquarium.

De retour en ville, nous nous lancerons dans un autre type de plongée. Le bin diving ! Une fois la boulangerie fermée, nous plongerons dans la poubelle à l’arrière du bâtiment pour dénicher du pain frais du jour, gratuit et bien meilleur que le pain de mie habituel. Si, si, ça reste hygiénique ! J’ai même déniché un sandwich sous cellophane (ahah).

Au bout d’une semaine ici, j’en ai marre et ne suis pas certain d’avoir envie de rester plus longtemps. Je pense sacrifier un peu de mon budget devenant très court pour aller jusqu’à Karratha, plus d’habitants et donc d’opportunités de travail.

Repère temporel : du 17 au 24 mai

« »