Bien que Jim m’apprenne quelques mots de mandarin, ce n’est pas le but de cet article. Comme on me l’a fait remarqué, je n’ai pas vraiment parlé de mon travail. Vous voilà prévenus, certaines parties vous sembleront probablement être du chinois !

Depuis quatre mois, je travaille pour Windsor Mail. Cette entreprise familiale “Australian owned and operated” existe depuis plus de 20 ans, a plus de 450 000 clients et une quarantaine d’employés. Windsor Mail est spécialisé dans la vente par catalogue. Un bon comparatif serait un mélange des 3 Suisses, La Redoute et Vitrine Magique.

Il y a quelques années ils ont décidé d’investir Internet et de vendre leurs articles en ligne. Simon, mon collègue programmeur, a été engagé en début d’année afin d’aider les deux indépendants qui travaillaient depuis plusieurs années à créer un pont entre le logiciel de gestion de l’entreprise et le site Internet. Quelques mois plus tard, Simon indique qu’il faut du renfort dans l’équipe et c’est à ce moment que j’arrive.

Notre équipe se compose de Simon et moi en tant que programmeurs, Cale en tant que junior qui s’occupe du design et Ben le freelance ayant créé le pont existant. Je ne verrai Ben que pendant quelques semaines car ma présence l’a rendu inutile. Et tout récemment la société a remercié plusieurs personnes, dont Cale. Cette période était d’ailleurs stressante pour moi, car en tant que dernier arrivé, j’aurais trouvé ça logique d’être mis à la porte.

Le site Internet de vente en ligne fonctionne sous un outil gratuit appelé Magento. Durant mes premières semaines, je m’occuperai de débugger Magento, d’y ajouter des fonctionnalités et de corriger les nombreux bugs dont Simon n’a pas le temps de s’occuper. Cette période me permettra d’apprendre à utiliser cet outil, qui, en passant, est horriblement lent et mal programmé !

Durant cet hiver, nous avons du préparer un système pour permettre à différents fournisseurs de vendre leurs produits sur notre site. Et c’est là que ça devient intéressant. Comme à mon habitude, avant de commencer un projet, je prends le temps de construire une structure intelligente pour être sur de le rendre extensible au besoin. Sachant que dans les 5 ans l’entreprise souhaite trouver une solution alternative à leur actuel logiciel de gestion (stocks, commandes, articles, clients, fournisseurs, comptabilité), nous avons été dans ce sens.

J’ai donc, de mes petites mains, créer ‘Acme’. Basé sur une technologie Web en PHP/MySQL sur CakePHP, les fournisseurs peuvent importer et gérer leurs articles facilement. Mais ce n’est pas tout. En l’espace de 3 mois, j’ai redéveloppé l’équivalent du pont créé à l’époque en y ajoutant de nombreuses fonctionnalités et une interface bien plus intuitive. Je parle en “je” car Simon n’a pratiquement pas écrit de ligne de code, mais nous avons souvent débrieffés sur la meilleure méthode à employer. A côté de cela, je fais aussi du Python et participe à l’administration du serveur.

En bref, j’apprends beaucoup de choses et développe des outils réutilisables sur d’autres projets. J’ai la liberté de pouvoir prendre le temps de développer quelque chose. Personne n’est derrière mon épaule à attendre du résultat heure par heure, ce qui me permet de rechercher la meilleur méthode à utiliser et à fournir un code propre, efficace et extensible. Le résultat veut que lorsque Simon se retourne vers moi et me demande si il serait possible d’ajouter cette option à telle endroit, c’est fait en 5 minutes.

On pourrait dire que je suis Web Developer mais je tend plus vers le terme Software Developer. Car mis à part le fait que j’utilise PHP qui est supposé être utilisé pour des sites Internet, le produit en lui-même n’a du Web que son interface.

Au niveau du salaire, je me suis aperçu que j’avais un très bon salaire. Pas seulement parce que je me vois comme un backpacker, mais aussi en comparaison à de nombreuses personnes travaillant sur Perth depuis des années. J’ai beaucoup de chance et enviseage beaucoup de choses pour l’avenir.

J’ai envie de continuer à voyager. Vivre en Belgique ne m’attire pas, mais vivre en Australie non plus. Et que se passera-t-il si ils me proposent de me sponsoriser pour un visa de travail ? Et si, et si… En tous cas, ce job me permet de prendre des congés payés, c’est pourquoi j’ai décidé de rentrer quelques semaines en Belgique.

Sauf que…

Goods Galaxy
Fashion Galaxy

« »