Il est 23h45. Devant la porte 14, j’attends patiemment que l’embarquement commence pour mon vol de 23h55. La tête dans mes pensées, mon casque sur mes oreilles, rien ne me semble étrange, jusqu’à ce que… mon téléphone sonne. Une voix féminine me demande si je me trouve dans le terminal car je suis un des derniers passagers à embarquer. Elle m’invite à embarquer à la porte 17.

La porte 17. Je suis devant la porte 14. Il est 23h47. La porte 17 n’est pas dans ce terminal.

Je sors de la zone de transit et m’apprête à pénétrer dans l’autre terminal, sauf que… la sécurité est fermée. Malgré tout, un des gardes me fait passer à la va-vite alors qu’un passant m’encourage avec un “You’ll be lucky if you make it!”. S’en suit du test anti-explosif aléatoire auquel je ne pouvais pas échapper.

Il est 23h53. Je suis assis dans l’avion. Nous décollerons avec 20 minutes de retard.

Je n’arrive jamais à dormir dans l’avion, mais cette fois c’est une obligation. J’atterri à 6h du matin avec 2h de décallage ce qui m’autorise à une petite nuit de 4h. C’est dans un festival de Hardstyle que je vais dépenser mon énergie demain, toutes les minutes de sommeil sont bonnes à prendre.

Sans surprise, je n’ai pas dormi.

Il est 6h30, et le réceptionniste de l’auberge m’indique qu’il vient de vendre son dernier lit. Fully booked dans la 2ème. Idem pour la 3ème. Pas de réceptionniste dans la 4ème. Je demande à la cinquième de me renseigner une 6ème. La 6ème me rassure pour ensuite me dire qu’il n’y a pas de place, pour qu’ensuite j’insiste, pour qu’au final j’ai un lit.

J’ai brisé les croyances de cette réceptionniste venue droit de Hong Kong.

- Oui, les français prennent des douches
- Oui, malgré qu’ils utilisent aussi du parfum
- Hum, la Belgique c’est au centre de l’Europe
- Non, la Belgique n’est pas une ile
- Non, les belges ne sont pas tous gros à cause du chocolat

C’était le moment de détente avant mon petit dèj’ face à Harbour Bridge, ma petite sièste de deux heures et mon Redbull.

Defqon.1, en quelques mots c’est :

- Un festival de Hardstyle, soit du gros son techno boum-boum que personne n’aime sauf moi
- Une présence policière impressionnante
- Des chiens de la bridage anti-stupéfiants
- La fouille des sacs
- La fouille au détecteur de métaux de chaque entrant
- 7 différentes scènes et ambiances
- Des tatoués, des déguisés, des saouls, des bons danceurs, des moins bons danceurs, des filles sexys, des filles moins sexys, des piercings, des jongleurs, des DJs, des bass, des MCs, … et moi.

J’y suis resté 6h. Luttant contre la fatigue jusqu’à ce que la raison l’emporte. Il me faudra refaire une heure de train dans l’autre sens pour retourner “en ville”. Oui, ce suburb ne se trouve “qu’à” 60km de la ville. Quand on pense que chez nous, après 60 bornes, on change de province, voire de pays.

22h au lit. Je tomberai comme une masse jusqu’à 2h30, l’heure à laquelle je suis réveillé par…

J’attendais l’After Movie pour poster cet article, mais vu qu’il n’est toujours pas là…

Repère temporel : le 17 septembre

« »